zabla(dowski).org


Matador (2006)

1. The Greatest
2. Living Proof
3. Lived In Bars
4. Could We
5. Empty Shell
6. Willie
7. Where Is My Love
8. The Moon
9. Islands
10. After It All
11. Hate
12. Love & Communication


Site officiel:
http://www.catpowerthegreatest.com
Label:
http://www.matadorrecords.com
MySpace:
http://www.myspace.com/catpower


moyen

Cat Power - The Greatest


En confiant ses chansons à des musiciens chevronnés de la soul, Chan Marshall se montre sous un jour plus apaisé et radieux. Un pas vers le bonheur qui peine pourtant à convaincre sur la durée d’un album par trop timoré et académique. (...) The Greatest est un rêve de bonheur, son rêve à elle, un album aérien, une échappée belle, enchantée. (...) La démarche consistant à enregistrer à Memphis avec des ex-musiciens d’Al Green (...) fut donc la pierre angulaire d’un recueil de chansons plus ouvert et léger, résolument collectif dans sa conception. (...) Aussi talentueux soient-ils, les vétérans de Memphis font figure d’accompagnateurs ennuyeux, d’illustrateurs peu inspirés qui pèchent par un manque patent d’idées de combinaisons instrumentales ou d’arrangements. (...) A l’image de Lived In Bars, dont la dérive rythm’n blues à mi-chemin alourdit considérablement le propos (la présence du saxophone en devient même risible), beaucoup de titres ne tiennent pas leur promesse de beauté, et se fourvoient dans un registre à la limite du mielleux (...)

(...) Si on y retrouve les formules habituelles qui font le succès de la miss, à savoir une voix doucement plaintive et un piano sorti d’un vieux grenier, on y trouve aussi un aspect plus soul, avec trompettes, une batterie un peu bluesy, et une orchestration beaucoup plus riche qu’avant. C’est peut-être ce qui surprend et déroute le fan de base. On a rajouté de la matière là où le vide faisait si bien, là où le silence était la tension nécessaire au succès de ses fragiles compositions. Le bilan est désolant à avouer, mais j’ai ressenti de l’ennui à l’écoute de cet album, même si quelques morceaux ont relativisé mon jugement (...)

(...) Autant le dire de suite, le nouvel album de Cat Power n'est même pas décevant, il est navrant. Navrant de fadeur, de compromission, de mièvrerie. Et n'allez même pas chercher du côté du second degré, espérer juste une forme distanciation. Non, rien ne semble dépasser le stade du ramassis dégoulinant de sons les plus aseptisés. Pire, le tout confine au mauvais goût le plus ostentatoire. A deux exceptions près : le titre d'ouverture The Greatest et l'avant-dernier morceau Hate, qui réussissent à nous rappeler combien Chan Marshall est talentueuse quand elle veut (...)



The Greatest, septième album de Chan Marshall, sirène imprévisible de la scène US, s’essaie, après l’indie-rock, l’australiana, l’album de covers dénudé, puis le classique folk, à une sorte de plongée de sa musique dans un bain soul inspiré par les enregistrements 70’s d’Al Green, et le résultat ne relève ni de l’exploit ni du plantage en règle. Plutôt d’une sorte d’écart aventureux, à demi maîtrisé, à demi convaincant. (...) si vous trouvez qu’un disque de Cat Power où il n’y a que six ou sept bonnes chansons ne vaut pas le coup, c’est votre problème. Le mien, c’est désormais de devoir attendre le suivant.

Vous pouvez lire également au sujet de cet album Commerce & évolution dans le Journal de bord de Zabladowski

Du même niveau